Sophrologie et compagnie®
Perline Noisette - 0777 23 29 83

Categories

Accueil > Blog et nouvelles > La sophrologie : un atout majeur pour atteindre et garder son poids de (...)

15 mai 2016
Perline, sophrologue

La sophrologie : un atout majeur pour atteindre et garder son poids de forme

La sophrologie n’est pas qu’une méthode de relaxation, à laquelle elle est souvent réduite.
Elle est aussi une incroyable technique de régulation des émotions, de prise de conscience de son corps, de réorientation des pensées, des sensations, et des actes vers le positif, vers son propre bien-être, dans tous les domaines, physique, émotionnel et spirituel.

Rester dans la réalité

Être gros c’est quoi ? Mincir c’est quoi ? Le poids de forme c’est quoi ?
Avant d’entamer un processus, il faut faire le bilan de la situation.
D’abord ce qu’on est, et cela inclut comment on se voit, comment on se sent. Et non pas comment sont les autres, à qui on veut ressembler, ni les injonctions des photos (retouchées ou pas) des magazines.
Ensuite, si l’on pense que l’on doit vraiment perdre du poids, cela n’a d’intérêt que si c’est durable.
La prise de poids met en jeu de très nombreux intervenants, physiques, sociaux, psychologiques.
Le poids dépend souvent (mais pas toujours) de la nourriture que l’on ingère, qualité et quantité, tout le monde le sait. Mais il dépend aussi des conditions, extérieures et émotionnelles, dans lesquelles elle est prise.
Manger vite, sans conscience : ces calories-là sont mauvaises. Les signaux envoyés au cerveau lors du repas le rendront efficace, rassasiant, ou pas.
Manger après une dispute, par peur, par stress ou mauvaise humeur ne répond pas à une demande de nourriture mais à une demande de calme du corps.
Il faut arriver à distinguer la véritable faim, la nécessité, en heure et en quantité, d’ingestion de nourriture, de l’état émotionnel qui demande à être calmé, et auquel on répond par la nourriture consolation.

Être conscient-e dans son corps

Avant tout il faut donner à notre corps cette bouffée d’air qui nous sortira de notre émotion délétère : respirer, c’est la première et la dernière chose que l’on fait dans sa vie. Entre les deux on le fait souvent mal ! Nous allons donc (ré)apprendre à respirer.
Vous pouvez faire cet exercice debout, assis-e, au travail, dans les transports, au moment d’un énervement, avant une rencontre anxiogène, avant une prise de parole, ou sans raison précise, plusieurs fois par jour.

Relaxation dynamique : respirer avec le ventre
Installez-vous debout, pieds écartés de la largeur du bassin.
Le dos droit, les bras ballants, les épaules basses, la tête dans le prolongement du dos.
Fermez les yeux si vous le pouvez, sinon fixez un point neutre droit devant vous.
Posez la paume d’une main sur le ventre, le dos de l’autre sur les reins.
Respirez naturellement.
Inspirez par le nez en gonflant le ventre comme un ballon, de manière à soulever la paume de la main devant.
Bloquez votre respiration 2 à 3 secondes.
Soufflez doucement par la bouche, jusqu’à vider entièrement le ventre, vous sentez la paume de votre main se rapprocher de votre corps.
Reprenez une respiration naturelle, douce et reposante.
Concentrez-vous sur les ressentis dans votre ventre, dans vos reins, dans les mains.
La chaleur, le volume, les fourmillements, ou autre chose, ou rien.
Sans jugement, sans analyse, il n’y a ni bon ni mauvais ressenti, juste les vôtres.
Si vous le pouvez, faites tranquillement cette relaxation trois fois.
Ouvrez les yeux après la dernière relaxation.

Respirer avec le ventre c’est donner de l’oxygène à notre deuxième cerveau, le centre de nos émotions.
C’est masser les organes, par le mouvement de va-et-vient du diaphragme, muscle qui a la forme d’une coupole, et sépare le thorax et l’abdomen. Les organes digestifs vont se détendre, provoquant un effet apaisant sur la digestion.

Manger en conscience

Relaxation dynamique : prendre le temps de détailler l’acte de manger
Asseyez-vous le dos droit, les pieds posés à plat, la paume des mains sur chaque cuisse, décontracté-e.
Prenez conscience des points d’appui de votre corps sur la chaise, de haut en bas.
Imaginez une vague de détente qui, doucement, parcourt votre corps, doucement de haut en bas.
Imaginez-vous devant la nourriture que vous aimez. Prenez le temps de la regarder sous toutes les coutures, détaillez. Prenez le temps de la sentir, d’en savourer l’odeur. Prenez le temps d’écouter quand vous la touchez avec un couvert.
Enfin, prenez le temps de la goûter, un petit morceau, que vous découpez avec délicatesse, que vous regardez avec détails, que vous sentez avec attention, avant de le mettre dans votre bouche.
Sentez comme vous salivez, laissez fondre la nourriture, prenez le temps.
Puis, suivez son chemin dans l’œsophage, l’estomac qui le transforme en liquide, puis l’intestin grêle, dans lequel les vitamines et les nutriments sont séparés pour que notre corps puisse les utiliser, avant de passer dans le gros intestin, où les déchets vont perdre toute leur eau afin que notre corps l’utilise.
Détaillez les phases qui permettent à votre corps d’utiliser toutes les qualités de la nourriture, sans précipitation, afin d’en tirer le meilleur, tranquillement.
Puis, reprenez contact avec les points d’appui de votre corps, étirez-vous, baillez, ouvrez tranquillement les yeux, revenez de ce voyage dans votre corps.

En faisant cette relaxation, vous visionnez l’ingestion d’aliment sans stress, ni précipitation.
Vous prenez votre temps, inutile de vous dépêcher. Vous appréciez les aliments, vous éloignez les tensions, par la relaxation, et par le leurre que vous proposez à votre cerveau, donc votre corps.
Vous réalisez combien il est important de permettre à votre corps d’assimiler les aliments sans hâte.
Un patient a expliqué que, depuis qu’il l’avait pratiqué lors d’une séance collective, il refaisait cette relaxation quand il avait faim, y compris dans les transports, et qu’en arrivant chez lui, il n’avait plus, ou moins, faim. Son cerveau se rassasie de la part de fausse faim, ne reste plus que la part de réel appétit.

L’image de soi

Mincir - ou pas - relève aussi de l’image de soi, qui agit sur l’estime de soi, qui génère la confiance en soi.
S’approprier son corps, l’image de son corps, les sensations de son corps, indépendamment des injonctions externes, de la famille, des médias, des publicités, est un défi, qui vaut la peine d’être relevé.
La sophrologie permet d’induire des messages positifs, de se réapproprier son corps, son image, son estime, sa confiance en soi.
Nous en parlerons dans une prochaine chronique.
En attendant, respirez fortement et soufflez en une seule fois tout ce qui vous énerve.
Puis reprenez une respiration naturelle, douce et reposante :)

PDF - 438 ko
Article paru dans L’ecolomag mai-juin 2016
(pdf, 450 ko)

P.-S.

Lire en ligne le numéro de mai-juin 2016.
Télécharger le numéro de mai-juin 2016.

Partager