Sophrologie et compagnie®
Perline Noisette - 0777 23 29 83

Categories

Accueil > Blog et nouvelles > Le ventre : notre cerveau oublié

1er janvier 2017
Perline, sophrologue

Le ventre : notre cerveau oublié

Depuis qu’on a découvert que l’intestin - seul organe à avoir son propre système nerveux - possédait plus de 500 millions de neurones, produisait 95 % de la sérotonine, neurotransmetteur qui participe à la gestion des émotions, ainsi que les trois quarts des cellules immunitaires de l’organisme, on comprend mieux l’immense importance d’apaiser le mal de ventre pour une meilleure qualité de vie.

La conversation entre nos deux "cerveaux", du haut (la tête) et du bas (le ventre), est permanente. Si l’un se sent mal, l’autre le répercute.

Votre transit est difficile ? Vous aurez tendance à avoir des idées noires.
Vous êtes préoccupé-e par un rendez-vous, un entretien, un examen ? Alors vos intestins vous conduirons directement aux toilettes.

Voilà donc matérialisé le but de la sophrologie : arriver à une harmonie entre le corps et l’esprit, qui sont, de fait, en échanges constants.

Quelle que soit la demande du patient, je considère que l’équilibre élémentaire passe obligatoirement par un apaisement du ventre.

Je prends donc toujours du temps et j’oriente toujours une partie de ma pratique plus spécifiquement sur le ventre, car son importance dans le processus de stress, et donc de relaxation, est primordiale.

Se préoccuper de tout symptôme, tout dysfonctionnement sans passer par la respiration d’une part et le ventre d’autre part, c’est se priver de deux outils d’équilibre essentiels.

Faire dialoguer ses neurones
Allongez-vous confortablement les bras et les jambes étendus.
Fermez les yeux, ou, si vous ne supportez pas, ouverts, fixez un point neutre face à vous.
Prenez conscience des points d’appui de votre corps, de haut en bas.
Inspirez par le nez en gonflant le ventre comme un ballon.
Soufflez fortement par la bouche jusqu’à vider totalement vos poumons.
Puis reprenez une respiration naturelle.

Imaginez une vague de détente qui parcourt votre corps, de haut en bas, doucement, par région du corps :
la tête, le visage.
le cou, la nuque, les épaules, la partie externe des membres supérieurs.
le buste, la partie interne des bras.
le ventre, la région lombaire.
le bassin, le périnée, le sacrum, les membres inférieurs.
l’ensemble de votre corps, de la tête aux pieds.

Inspirez par le nez en gonflant le ventre comme un ballon.
Soufflez doucement par la bouche jusqu’à vider totalement vos poumons.
Puis reprenez une respiration naturelle.

Concentrez votre pensée sur votre ventre.
Imaginez des minuscules objets ou situations qui vous rassurent, qui vous ressourcent, comme des étoiles, une vague, des danseur-ses, ou toute autre représentation agréable, et imaginez-les se poser sur votre ventre, au niveau du pubis.
Ces éléments minuscules vont se déplacer, très lentement, en faisant un très léger massage reposant, en suivant une forme de cadre tout autour de votre ventre, dans le sens dans le sens des aiguilles d’une montre. Du milieu en bas, tout d’abord en horizontal vers la droite, puis en remontant du bas à droite vers le haut à droite, puis du haut à droite vers le haut à gauche puis de haut à gauche vers en bas à gauche.
Vous pouvez faire ce tour une autre fois, toujours en prenant votre temps et en ressentant les bienfaits de cette onde très décontractante.
Sentez la tranquillité et la sérénité envahir votre ventre. Sentez chacun des organes effectuant son travail dans la progression de la digestion.
Maintenant dialoguez avec votre côlon, dans votre imagination. Dites-lui doucement qu’il n’a pas à être stressé, et écoutez sa réponse.

Souvenez-vous que ces sensations restent en vous, que vous pouvez les activer quand vous le désirez.

Inspirez par le nez en gonflant le ventre comme un ballon.
Soufflez doucement par la bouche jusqu’à vider totalement vos poumons.
Puis reprenez une respiration naturelle.

Puis, reprenez contact avec les points d’appui de votre corps, étirez-vous, baillez, ouvrez tranquillement les yeux, revenez de ce voyage dans votre corps.

Au quotidien on délaisse facilement le ventre. On est pressé-es, on n’a pas le temps, pas le courage de faire de la cuisine. Il faut évidemment manger le plus correctement du monde, préférer légumes et céréales à viande rouge et frites, mais il ne faut pas oublier de prendre son temps pour manger, d’être à son repas, ne pas manger en travaillant, et quelques autres recommandations, extraites un peu du bon sens, et répétées à l’envi dans nombre de magazines.

Mais il faut, en plus, réellement considérer le ventre, et en particulier les intestins et le côlon, qui font le nid de la flore intestinale, comme un organe majeur, équivalent au cerveau, et primordial, non seulement pour la question digestive mais aussi pour l’ensemble de notre fonctionnement intellectuel et émotif.

Faire vivre son ventre

Installez-vous debout, les pieds écartés de la largeur du bassin,
le dos droit, la tête dans l’alignement du dos, les bras ballants.
Le corps est totalement décontracté, juste ce qu’il faut pour être debout.
Fermez les yeux, ou, si vous ne supportez pas, ouverts, fixez un point neutre face à vous.

Inspirez en levant légèrement les bras.
Penchez-vous vers l’avant en soufflant doucement tout l’air de vos poumons, genoux pliés.
Vous êtes genoux pliés, posez-y vos mains.
Bloquez votre respiration.
Rentrez et sortez votre ventre plusieurs fois de suite.
Remontez doucement en position initiale en inspirant tranquillement par le nez.
Debout, reprenez une respiration naturelle

Concentrez-vous sur les ressentis dans la partie abdominale.
Concentrez-vous sur les organes dans votre ventre.

Ménagez votre ventre. Vous imagineriez-vous remplir votre cerveau de poisons (sucres blancs) ou d’huiles frelatées (frites industrielles) ?
Considérez vos intestins comme un cerveau et traitez-le d’aussi belle manière.
Les premiers évoquent peu le respect, on en parle comme d’une chose un peu répugnante, car ils sont le système d’évacuation des déchets. Mais ce qu’on oublie c’est que c’est également le système qui permet de diffuser dans notre organisme les nutriments et vitamines.
Respectez votre ventre car il est primordial dans la gestion de vos émotions, et c’est un devoir que de le ménager, le protéger.

En attendant, respirez fortement et soufflez en une seule fois tout ce qui vous énerve.
Puis reprenez une respiration naturelle, douce et reposante :)

Partager