Sophrologie et compagnie®
Perline Noisette - 0777 23 29 83

Categories

Accueil > Blog et nouvelles > Se concentrer à l’aide de la sophrologie

18 octobre 2016
Perline, sophrologue

Se concentrer à l’aide de la sophrologie

Qu’on l’attribue aux publicités, aux nouvelles technologies, aux écrans, ou à toute autre sollicitation extérieure, le manque de concentration n’est, en tout cas, qu’une incapacité à se poser, à se reposer.

Arrêter de lutter

Les autres ont bon dos, car comment se fait-il que pour un sujet intéressant – lire un livre, jouer à un jeu de société ou vidéo, ou bien encore suivre un film pendant une heure et demie - on tienne en place, alors que nous sommes en permanence distraits quand il s’agit de suivre un cours dans une matière qu’on n’aime pas, remplir des papiers administratifs ou faire un travail peu intéressant ?
Dans une séance de sophrologie, on doit se concentrer sur soi, sur son corps et ses ressentis.
En sophrologie, très souvent, au début, les patients n’arrivent pas à se « concentrer » sur leurs ressentis, et disent qu’ils ne « ressentent rien ».
Quand on leur demande pourquoi, ils indiquent alors qu’ils ont des pensées qui leur occupent la tête : travail, famille, tâches à effectuer.
Et quand on leur demande ce qu’ils font avec ces pensées encombrantes, ils s’excusent en indiquant qu’ils « essaient de les repousser », mais n’y arrivent pas.
Imaginez-vous dans un bateau, emporté par le courant. Pensez-vous qu’il sera plus efficace de continuer dans le courant ou de ramer à contre-courant ? Qui gagnera ? Le courant ou vous ? Jamais vous !
La concentration commence donc par arrêter de lutter contre des moulins à vent : les pensées parasites. Lorsqu’elles surgissent, laissez-les poursuivre leur chemin. Elles viennent par un côté, qu’elles traversent votre tête tranquillement, pour ressortir de l’autre côté. Rien de plus.

Utiliser son diaphragme

La respiration que je vous propose est le B.A. BA de toute relaxation, de toute détente, de toute ouverture du corps et de l’esprit. Cet exercice de respiration permet d’oxygéner à la fois le corps et la tête. Ainsi que de détendre le ventre, donc d’évacuer les émotions pesantes.
Il s’agit de la respiration diaphragmatique (souvent appelée abdominale, à tort). Elle est pratiquée dans de nombreuses disciplines, sport, chant, yoga... La sophrologie, qui se penche sur les ressentis, l’a adaptée à ses buts.

Chauffage corporel
Installez-vous debout, pieds écartés de la largeur du bassin.
Le dos droit, les bras ballants, les épaules basses, la tête dans le prolongement du dos.
Fermez les yeux si vous le pouvez, sinon fixez un point neutre droit devant vous.
Posez la paume d’une main sur le ventre, le dos de l’autre sur les reins.
Respirez naturellement.
Inspirez par le nez en gonflant le ventre comme un ballon, de manière à soulever la paume de la main devant.
Bloquez votre respiration 2 à 3 secondes.
Soufflez doucement par la bouche, jusqu’à rentrer entièrement le ventre, vous sentez la paume de votre main se rapprocher de votre corps.
Reprenez une respiration naturelle, douce et reposante.
Concentrez-vous sur les ressentis dans votre ventre, dans vos reins, dans les mains.
La chaleur, le volume, les fourmillements, ou autre chose, ou rien.
Sans jugement, sans analyse, il n’y a ni bon ni mauvais ressenti, juste les vôtres.
Si vous le pouvez, faites tranquillement cette relaxation trois fois.
Ouvrez les yeux après la dernière relaxation.

S’entraîner à rester concentré

La concentration est une base pour effectuer les relaxations dynamiques de sophrologie. Pour pratiquer une détente totale dans le métro bondé, après son travail, afin de rentrer chez soi en laissant les problèmes du travail au travail, elle est un atout certain !
D’ailleurs, la capacité de concentration peut être utile en toute circonstance - écrire un courrier dans le bruit en open space, faire des calculs avec les enfants qui jouent à côté -, au quotidien aussi, ce petit plus qu’est la capacité à s’isoler tout en étant avec les autres est un grand atout.
Pour les enfants, selon l’âge, on pourra pratiquer cette relaxation dynamique, mais de manière plus ludique. Au début, par exemple, en choisissant pour eux un objet neutre, mais qu’ils vont apprécier et, comme toujours avec les enfants, en faisant court. Au fur et à mesure de la pratique, ils pourront se concentrer sur un objet quelconque et plus longtemps.

Relaxation dynamique : objet de concentration
Asseyez-vous confortablement sur une chaise.
Calez-vous bien, le dos droit, relâchez les épaules, posez la paume de vos mains sur vos cuisses, dans un geste naturel, la tête droite, le tout sans aucune tension.
Fermez les yeux.
Sentez les points d’appui de votre corps, le haut du dos, les mains, les fessiers, les cuisses, les pieds.
Inspirez par le nez en gonflant le ventre comme un ballon, bloquez, puis soufflez fort par la bouche, avant de reprendre une respiration naturelle.
Laissez venir l’image d’un objet, neutre, sans aucune charge émotive.
Observez-le très doucement sous toutes ses coutures, en commençant par un côté.
Regardez-le bien en détaillant les couleurs, les nuances, les ombres, les textures de l’objet.
Une face, puis lentement faites tourner d’un quart de tour, observez précisément de même, et lentement, faites tourner de nouveau pour voir toutes les faces ; puis faites-le tourner pour le voir de haut, puis de dessous, avant de le revoir en position initiale, à chaque fois très lentement, à chaque fois en détaillant.
Laissez passer les pensées parasites, ne cherchez pas à les éloigner, focalisez-vous sur votre objet.
Enfin, inspirez par le nez en gonflant le ventre comme un ballon, bloquez, puis soufflez doucement par la bouche, avant de reprendre une respiration naturelle.
Bougez lentement les mains, les pieds, la tête, baillez, et à votre rythme, ouvrez les yeux.

En attendant, respirez fortement et soufflez en une seule fois tout ce qui vous énerve.
Puis reprenez une respiration naturelle, douce et reposante :)

Partager