Sophrologie et compagnie®
Perline Noisette - 0777 23 29 83

Categories

Accueil > Blog et nouvelles > Sophrologie : aussi en prévention

27 août 2016
Perline, sophrologue

Sophrologie : aussi en prévention

On vient souvent à la sophrologie après avoir consulté toutes sortes de personnes, essayé toutes sortes de méthodes, médecine occidentale, orientale ou autre.
Il est bien dommage de la choisir en dernier recours, même si le bénéfice est au rendez-vous !
Mais une fois les outils sophrologiques acquis, c’est alors une ère de prévention qui s’ouvre, à tout moment, dans toute circonstance.

Singularité de la sophrologie

L’une des (nombreuses) particularités de la sophrologie, qui font de cette pratique une technique à nulle autre pareille, est d’être à la fois rigide et souple.
Alfonso Caycedo, psychiatre et neurologue, a créé la sophrologie dans les années 1960, en choisissant dans diverses pratiques, entre autres occidentales, récentes et orientales, ce qui pourrait l’amener à son but ultime : la libération de la conscience humaine.
Il en a extrait ce qu’il pensait pouvoir aider positivement à la modification de la conscience, à fins de guérison ou de prévention.
Dès sa création, donc, la sophrologie est une technique prophylactique. Et destinée à tous.

Une pratique pour chacun-e

La sophrologie est une pratique destinée, à l’origine, au peuple, une pratique destinée à l’autonomie de chacun et de tout le monde.
Elle est donc, dans son essence, intemporelle.
Les exigences de démocratie larges que l’on voit apparaître depuis quelques mois, d’abord en France, puis partout dans le monde, le confirment : l’autonomie et la prise en compte des besoins de chacun sont des désirs inhérents à l’être humain, pour une société plus paisible.
Et la sophrologie peut être un outil pour y arriver, individuellement et collectivement.
Les relaxations dynamiques, sortes d’exercices, sont un travail sur le corps, sans jugement, sans analyse, sans effort, sans douleur, qui permettent de ressentir son corps, en détail, et le préparer à la sophronisation, parfois comparée à des visualisations, qui se font en un état similaire à celui de de l’hypnose, l’état alpha du cerveau, relaxé, conscience apaisée.

Être bien campé sur ses deux pieds

La prévention c’est être stable. C’est être en harmonie entre la terre et le ciel. Pour cela je vous propose l’exercice des hémicorps. À faire sans modération, et dès que l’on se sent déséquilibré-e, au sens propre comme au figuré.

Relaxation dynamique : Hémicorps
Prenez la position de base :
debout,
pieds parallèles écartés de la largeur du bassin ,
dos droit,
tête dans l’alignement,
épaule relâchées,
bras ballants.
Si nécessaire, pour vous soulager, pliez les genoux, penchez un peu la tête vers l’avant.
Yeux fermés.
Faites porter tout votre poids sur le pied droit, sans lever le pied gauche. Le côté gauche restera sans tension.
Levez le bras droit jusqu’à la verticale main ouverte, en inspirant par le nez.
Bloquez votre respiration.
Étirez tout le côté droit en tirant la main vers le haut et la jambe vers le bas.
Puis, toujours en appui côté droit, laissez redescendre votre bras droit en soufflant fort par la bouche.
Revenez en équilibre sur vos deux pieds, en position initiale.
Reprenez une respiration naturelle.
Concentrez-vous sur les perceptions que vous ressentez côté droit.
Détaillez-les.

Faites cet exercice trois fois du côté droit, à la fin de la dernière comparez avec le côté gauche.
Ensuite faites l’équivalent en basculant tout votre poids côté gauche, trois fois.
Pour finir, faites cet exercice bien campé-e en équilibre sur vos deux pieds, en levant les deux bras vers le ciel et en étirant les deux côtés à la fois, une seule fois.

En attendant, respirez fortement par le nez puis soufflez en une seule fois par la bouche tout ce qui vous énerve.
Puis reprenez une respiration naturelle, douce et reposante :)

P.-S.

Lire en ligne le dernier numéro, de septembre-octobre 2016.

Partager